18 août 2011

La Route du Rock, par n'importe quel temps [3]

 

La cure thermale du Fort St Père, 13 08 11 part 3


La chose est bien connue des festivaliers assidus de la Route du Rock : durant le week-end (voir la semaine) du 15 août il n'y a jamais de beau temps continu sur la côte d'Emeraude.

Les festivaliers ont donc pris l'habitude, enfin surtout depuis l'épisode de l'an passé pluvieux et apparemment traumatisant pour certains, de prévoir l'équipement comme si tu refaisais la guerre d'Indochine (=vietnam, jamais je ne ferais une belle allusion à un certain groupe pour émo de 45 ans) : bottes, ponchos, triples capuches. Les bières sentaient bon l'eau. Et nous la terre.

J'ai donc été un peu surpris de voir autant de monde résister. A croire que les parisiens s'habituent à la pluie d'année en année... on peut être fiers d'eux ! Bravo les loulous, l'an prochain on vous préparera autre chose. Un final test quoi. Samedi était surement moins attractif à mes yeux pa rapport à cette très belle soirée du vendredi, cela devient de toute façon une façon une habitude à la route du rock : le 1er soir on sort des trucs awesome pour décliner petit à petit vers un dimanche tout moisi (ce qui tombe bien puisque généralement après les cuites et la fatigue du week-end le dimanche on en a plus ou moins rien à secouer).

Mais quand est-ce que tu vas parler de la musique Kaliayev ? Très bonne question mon mignon. Je ne sais pas. Un festival, la Route du Rock, ce n'est pas forcément que de la musique (non ce n'est pas non plus que de la bière même si avoir fait venir le camion citerne rempli de liqueur d'houblon cette année c'est plutôt la classe).

Le truc cette année, le highlight qui a fait kiffer le festivalier, tu l'auras compris puisque je l'ai déjà dis : c'était la pluie. Notez qu'à ce stade de l'article je pourrais me faire réferencer comme blog météo. Cette pluie qui apporte cet audacieux grain de sel dans ta plaquette de beurre favorite. Sans cette pluie le concert moyen de Blonde Redhead,Cults qui ne casse pas des briques, The Kills qui jouent leurs nouvelles chansons, Battles qui jouent en dernier...bah sans cela les concerts  n'auraient pas du tout eu la même saveur. Ca donne une meilleure ambiance. Un grand soleil, et ça aurait tout ruiné, certaines supercheries auraient pu nous sauter aux yeux, la pluie est un joli voile. Vadrouiller dans la boue c'est cool, on regresse dans le stade enfantin, retrouver ce petit plaisir de marcher en plein dans la flaque les décibels dans les oreilles en plus.

Après cette intro dantesque je ferais assez court pour les concerts.


J'ai raté Low et apparemment grand mal m'en a pris, au vu des échos et du concert retransmis par Arteliveweb c'était apparemment un magnifique concert, je n'en attendais pas moins des américains pour avoir vu un de leurs sublimes concerts. Le passage en quintet n'a même pas eu de les gêner l'adaptement est parfaite, la tracklist est variée des vieilles chansons toujours aussi poignantes au milieu des nouveaux titres tout aussi émouvants. Le goût salé des larmes se serait mêlé à celui, devenu par la même occasion, plus fade de la pluie.

Setlist : Nothing But Heart / Nightingale / You See Everything / Monkey / Silver Rider / Especially Me / Sunflower / Try to sleep / Canada / Violent Past / Last Snowstorm of the year / Murderer


Arrivé en cours de set pour Cults, je n'y ai pas vraiment pas fait attention, un disque studio qui ne m'a pas passionné j'écoute d'une oreille et regarde parfois des yeux puisque le caméraman d'Arteliveweb ce gentil cochon a l'air de se faire plaisir en mutlipliant les plans sur la robe (blanche et trempée) de la chanteuse. Robe qui apparemment reprise par Kazu de Blonde Redhead au concert suivant, autant dire que la gent masculine et monsieur le caméraman étions ravis. Il a bien su compenser les aléas climatiques celui-là. Pour essayer de développer, musicalement en fait c'était plutôt pas mal même si ça manquait un peu de charisme et de poids, il y a matière à améliorer ça se sent. Pour le coup ça aurait surement été plus appréciable sous un soleil en plein apéro comme je le pensais à l'annonce de leur programmation.

Setlist : Abducted / The Curse / Slow Song / Most Wanted / You Know What I Mean / Bumper / Never Saw The point / Go Outside / Rave On / Oh My God


Pour Blonde Redhead je redoutais vraiment leur concert, spécialement pour leurs derniers titres. Entre un 23 flirtant avec le mylène farmer et un Penny Sparkle qui a métamorphosé le trio en un groupe trip-hop, Blonde Redhead a sacrément déconné ces dernières années. Il faut croire à une malédiction qui les suit, en 2004, leur précédent passage au fort n'avait duré que 25mn pour cause d'orage...pourtant le concert était très bien parti et aurait pu porter les spectateurs très haut au-dessus de ces nuages menaçants. Mais oh joie, Blonde Redhead en 2011 choisit de rejouer les titres qui n'avaient pu l'être en 2004. C'est ce qui a sauvé le concert (ça et la petite robe de Kazu filmé par ce si cool cameraman). Ces vieux titres si bons, on retrouve avec plaisir cette qualité de composition et de jeu dont ils sont capables. Les derniers titres eux, même sur scène, malheureusement n'arrivent pas à tenir la comparaison, un concert inégal. Peut-être devenu trop atmosphérique ou trop parodique dans le synthétique je n'arrive pas à apprécier le renouveau sonore que le trio essaie de faire depuis quelques années. Dommage, en attendant la nostalgie est toujours là et m'y fera revenir régulièrement.

Setlist : Here Sometimes / Dr Strangeluv / Spring by summerfall / Not Getting There / The Dress / In Particular / Silently / Falling Man / Spain / 23 / Equus / Penny Sparkle

Blonde Redhead 3 arGB_62°

 

 

Comme pour Mogwai, il s'agit du 3ème passage à la route du rock pour The Kills, très attendu par le public (que ce soit du côté anglophone ou francophone) j'esperais cette fois un peu plus d'eux après un concert moyen 2008 et un nouvel album, Blood Pressure bien moyen également. Toujours aussi électrique les nouveaux titres passeront finalement mieux que je ne le pensais, même si ma préference est encore aux anciens. Le duo a bien joué, on a pu remarquer encore moins de proximité entre les comparses à mesure que les tournées passent, il en résulte une tension moindre sur scène c'est bien dommage mais le show reste là et c'est bien l'essentiel ! Placé en centre sur le devant j'ai pu bénéficier de l'énergie du groupe ET du public. On s'accroche comme on peut pour rester debout, exactement comme en 2008, il y a certaines choses qui ne changent pas, pour le reste il y a la Route Du Rock.

Setlist : No Wow / Future Starts Slow / Heart is a beating drum / Kissy Kissy / URA Fever / DNA / Satellite / Tape Song / Baby Says / The Last Goodbye / Fried My Little Brains / ? / ?

 

Je me souviens des claques prises à 2h du matin à la Route du Rock, elles étaient toujours de grand moments de découvertes ou de grand kiffs. Liars en 2006, Foals en 2008, Disappear et Suuns en 2011. Battles ne dérogera pas à cette règle et sera même le clou de la soirée de l'avis de nombreux festivaliers. Réduits en trio depuis le départ de Braxton junior le groupe n'a pas même pas souffert de ce changement, puisque les musiciens sont doués et hyper pros. Battles c'est tout ce qui se fait de bien dans le rock expérimental/bruitiste/math sauf qu'en plus c'est chouette, ça danse ça virevolte sur les rythmes. Le public saute on s'accroche, je suis aux 1ères loges et je savoure mon plaisir comme un grand gamin. La pluie s'arrête on sèche au fur à mesure que les têtes et les corps dansent sur ce disco pour nerds. Les chansons sont vaguement remaniées mais elles restent parfaites, Kazu se joint au groupe pour jouer son featuring (tandis que son compère italien apprécie le concert des coulisses, l'attention est sympathique mais le hit reste Atlas qui pousse le public à l'extase. Le single Ice Cream continue d'élever le set et la pression dans nos corps Le public est conquis et Battles reviendra pour un long rappel à l'intro bien longue et tendue. Dorénavant Battles ce sera à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Setlist : Africastle /Sweetie & Shag (Ft. Kazu) / Dominican Fade / Atlas / Wall Street / Ice Cream / Inchworm / My Machines / Futura / Sundome

IMAG0195Battles en pleine balance, on chauffe on chauffe...!

IMAG0198Kazu en featuring

Posté par Kaliayev à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Commentaires sur La Route du Rock, par n'importe quel temps [3]

Nouveau commentaire