Golden Boy, Gigs, Music & Shower

18 août 2011

La Route du Rock, par n'importe quel temps [3]

 

La cure thermale du Fort St Père, 13 08 11 part 3


La chose est bien connue des festivaliers assidus de la Route du Rock : durant le week-end (voir la semaine) du 15 août il n'y a jamais de beau temps continu sur la côte d'Emeraude.

Les festivaliers ont donc pris l'habitude, enfin surtout depuis l'épisode de l'an passé pluvieux et apparemment traumatisant pour certains, de prévoir l'équipement comme si tu refaisais la guerre d'Indochine (=vietnam, jamais je ne ferais une belle allusion à un certain groupe pour émo de 45 ans) : bottes, ponchos, triples capuches. Les bières sentaient bon l'eau. Et nous la terre.

J'ai donc été un peu surpris de voir autant de monde résister. A croire que les parisiens s'habituent à la pluie d'année en année... on peut être fiers d'eux ! Bravo les loulous, l'an prochain on vous préparera autre chose. Un final test quoi. Samedi était surement moins attractif à mes yeux pa rapport à cette très belle soirée du vendredi, cela devient de toute façon une façon une habitude à la route du rock : le 1er soir on sort des trucs awesome pour décliner petit à petit vers un dimanche tout moisi (ce qui tombe bien puisque généralement après les cuites et la fatigue du week-end le dimanche on en a plus ou moins rien à secouer).

Mais quand est-ce que tu vas parler de la musique Kaliayev ? Très bonne question mon mignon. Je ne sais pas. Un festival, la Route du Rock, ce n'est pas forcément que de la musique (non ce n'est pas non plus que de la bière même si avoir fait venir le camion citerne rempli de liqueur d'houblon cette année c'est plutôt la classe).

Le truc cette année, le highlight qui a fait kiffer le festivalier, tu l'auras compris puisque je l'ai déjà dis : c'était la pluie. Notez qu'à ce stade de l'article je pourrais me faire réferencer comme blog météo. Cette pluie qui apporte cet audacieux grain de sel dans ta plaquette de beurre favorite. Sans cette pluie le concert moyen de Blonde Redhead,Cults qui ne casse pas des briques, The Kills qui jouent leurs nouvelles chansons, Battles qui jouent en dernier...bah sans cela les concerts  n'auraient pas du tout eu la même saveur. Ca donne une meilleure ambiance. Un grand soleil, et ça aurait tout ruiné, certaines supercheries auraient pu nous sauter aux yeux, la pluie est un joli voile. Vadrouiller dans la boue c'est cool, on regresse dans le stade enfantin, retrouver ce petit plaisir de marcher en plein dans la flaque les décibels dans les oreilles en plus.

Après cette intro dantesque je ferais assez court pour les concerts.


J'ai raté Low et apparemment grand mal m'en a pris, au vu des échos et du concert retransmis par Arteliveweb c'était apparemment un magnifique concert, je n'en attendais pas moins des américains pour avoir vu un de leurs sublimes concerts. Le passage en quintet n'a même pas eu de les gêner l'adaptement est parfaite, la tracklist est variée des vieilles chansons toujours aussi poignantes au milieu des nouveaux titres tout aussi émouvants. Le goût salé des larmes se serait mêlé à celui, devenu par la même occasion, plus fade de la pluie.

Setlist : Nothing But Heart / Nightingale / You See Everything / Monkey / Silver Rider / Especially Me / Sunflower / Try to sleep / Canada / Violent Past / Last Snowstorm of the year / Murderer


Arrivé en cours de set pour Cults, je n'y ai pas vraiment pas fait attention, un disque studio qui ne m'a pas passionné j'écoute d'une oreille et regarde parfois des yeux puisque le caméraman d'Arteliveweb ce gentil cochon a l'air de se faire plaisir en mutlipliant les plans sur la robe (blanche et trempée) de la chanteuse. Robe qui apparemment reprise par Kazu de Blonde Redhead au concert suivant, autant dire que la gent masculine et monsieur le caméraman étions ravis. Il a bien su compenser les aléas climatiques celui-là. Pour essayer de développer, musicalement en fait c'était plutôt pas mal même si ça manquait un peu de charisme et de poids, il y a matière à améliorer ça se sent. Pour le coup ça aurait surement été plus appréciable sous un soleil en plein apéro comme je le pensais à l'annonce de leur programmation.

Setlist : Abducted / The Curse / Slow Song / Most Wanted / You Know What I Mean / Bumper / Never Saw The point / Go Outside / Rave On / Oh My God


Pour Blonde Redhead je redoutais vraiment leur concert, spécialement pour leurs derniers titres. Entre un 23 flirtant avec le mylène farmer et un Penny Sparkle qui a métamorphosé le trio en un groupe trip-hop, Blonde Redhead a sacrément déconné ces dernières années. Il faut croire à une malédiction qui les suit, en 2004, leur précédent passage au fort n'avait duré que 25mn pour cause d'orage...pourtant le concert était très bien parti et aurait pu porter les spectateurs très haut au-dessus de ces nuages menaçants. Mais oh joie, Blonde Redhead en 2011 choisit de rejouer les titres qui n'avaient pu l'être en 2004. C'est ce qui a sauvé le concert (ça et la petite robe de Kazu filmé par ce si cool cameraman). Ces vieux titres si bons, on retrouve avec plaisir cette qualité de composition et de jeu dont ils sont capables. Les derniers titres eux, même sur scène, malheureusement n'arrivent pas à tenir la comparaison, un concert inégal. Peut-être devenu trop atmosphérique ou trop parodique dans le synthétique je n'arrive pas à apprécier le renouveau sonore que le trio essaie de faire depuis quelques années. Dommage, en attendant la nostalgie est toujours là et m'y fera revenir régulièrement.

Setlist : Here Sometimes / Dr Strangeluv / Spring by summerfall / Not Getting There / The Dress / In Particular / Silently / Falling Man / Spain / 23 / Equus / Penny Sparkle

Blonde Redhead 3 arGB_62°

 

 

Comme pour Mogwai, il s'agit du 3ème passage à la route du rock pour The Kills, très attendu par le public (que ce soit du côté anglophone ou francophone) j'esperais cette fois un peu plus d'eux après un concert moyen 2008 et un nouvel album, Blood Pressure bien moyen également. Toujours aussi électrique les nouveaux titres passeront finalement mieux que je ne le pensais, même si ma préference est encore aux anciens. Le duo a bien joué, on a pu remarquer encore moins de proximité entre les comparses à mesure que les tournées passent, il en résulte une tension moindre sur scène c'est bien dommage mais le show reste là et c'est bien l'essentiel ! Placé en centre sur le devant j'ai pu bénéficier de l'énergie du groupe ET du public. On s'accroche comme on peut pour rester debout, exactement comme en 2008, il y a certaines choses qui ne changent pas, pour le reste il y a la Route Du Rock.

Setlist : No Wow / Future Starts Slow / Heart is a beating drum / Kissy Kissy / URA Fever / DNA / Satellite / Tape Song / Baby Says / The Last Goodbye / Fried My Little Brains / ? / ?

 

Je me souviens des claques prises à 2h du matin à la Route du Rock, elles étaient toujours de grand moments de découvertes ou de grand kiffs. Liars en 2006, Foals en 2008, Disappear et Suuns en 2011. Battles ne dérogera pas à cette règle et sera même le clou de la soirée de l'avis de nombreux festivaliers. Réduits en trio depuis le départ de Braxton junior le groupe n'a pas même pas souffert de ce changement, puisque les musiciens sont doués et hyper pros. Battles c'est tout ce qui se fait de bien dans le rock expérimental/bruitiste/math sauf qu'en plus c'est chouette, ça danse ça virevolte sur les rythmes. Le public saute on s'accroche, je suis aux 1ères loges et je savoure mon plaisir comme un grand gamin. La pluie s'arrête on sèche au fur à mesure que les têtes et les corps dansent sur ce disco pour nerds. Les chansons sont vaguement remaniées mais elles restent parfaites, Kazu se joint au groupe pour jouer son featuring (tandis que son compère italien apprécie le concert des coulisses, l'attention est sympathique mais le hit reste Atlas qui pousse le public à l'extase. Le single Ice Cream continue d'élever le set et la pression dans nos corps Le public est conquis et Battles reviendra pour un long rappel à l'intro bien longue et tendue. Dorénavant Battles ce sera à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Setlist : Africastle /Sweetie & Shag (Ft. Kazu) / Dominican Fade / Atlas / Wall Street / Ice Cream / Inchworm / My Machines / Futura / Sundome

IMAG0195Battles en pleine balance, on chauffe on chauffe...!

IMAG0198Kazu en featuring

Posté par Kaliayev à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


16 août 2011

La Route du Rock 2011, l'instant souvenir [2]

 

La cure thermale du Fort St Père, part 2, l'instant souvenir 12.08.11

 

Les deux groupes qui suivent je les avaient déjà vus cette année. Ce fût donc le programme spécial spa-bonus-plaisir offert par la Route du Rock ce vendredi soir avec Mogwai et Suuns. Remarquons que ce soir il n'y avait aucun groupe en the coincidence ? Je ne pense pas.

Pour leur 3ème passage au Fort St Père Mogwai avait fait encore très fort (blague qui sera éculée dans tous les compte-rendus du festival cette semaine), non content de sortir un très bon album cette année, ils sortent aussi un très bon live dont j'avais eu un excellent aperçu en mars dernier. Ce concert là fût encore meilleur, Mogwai jouait fort et bien, des gros murs sonore qui font kiffer tes oreilles, si en plus on t'allume la gueule avec des lumières et des clips c'est encore mieux. Les écossais ont encore fait la part belle au dernier album je m'en réjouis ces grosses chansons rendent un bel effet dans l'enceinte du fort. Mais la véritable surprise ce sont deux vieilles chansons jouées un peu en souvenir de leurs anciens passages en 2001 et 2006, en l'honneur de ce festival : "Hunted By A Freak" et "Mogwai Fear Satan" m'ont ravi et je crois bien qu'à voir les acclamations du public je n'étais pas le seul. Le retour à cette chanson de 15 mn, à ce fondatemental post-rock nous laisse voir que Mogwai n'oublie pas d'ou ils viennent et qu'ils savent encore le faire très bien. Un grand et beau moment.

Setlist :

White Noise

I'm Jim Morrisson, I'm Dead

Rano Pano

How to be a Werewolf

San Pedro

2 Rights makes 1 wrong

Hunted by a freak

Auto Rock

Mogwai Fear Satan

Mexican Grand Prix

Batcat

IMAG0175

 

Le concert de Suuns était assez similaire à celui vu lors de la collection hivernale de la route du rock 2011. Un set avec un peu moins de tension ceci-dit. Mais des compositions toujours autant barrées, ils s'amusent avec les machines avec une facilité déconcertante, tantôt expérimentale tantot krautrock Suuns vogue entre les rythmes et nous laisse nous débrouiller pour le reste. La comparaison avec Clinic dans certains passages est toujours aussi facile mais il y a tellement de choses dans leur musique que l'on ne peut pas se fixer dessus. On regrettera un peu l'absence de nouveaux titres à se mettre sous la dent.

Suuns 1 aRGB_62°

 

Le clou de la soirée devait logiquement revenir à Aphex Twin, très grand nom de l'électro et artiste profilique touche à tout, les programmateurs remarquand l'homme en tournée estivale n'avaient pas hésités...même pas devant un cachet prohibitif (certains parisiens se souviennent peut-être d'une soirée spéciale label warp totalement hors de prix avec le même anglais) ainsi qu'une installation scénique et technique à en faire arracher les cheveux de toute la régie technique.

Il aura finalement servi de la drum & bass tirant faussement sur le hardcore dû à un gabber mal configuré (ou tout simplement mal utilisé). on a du mal à reconnaître le breakcore (ndr : c'est très plaisant de te perdre en termes techniques petit lecteur indie poppeux puisque tu ne comprends habituellement rien à l'électro) audacieux, complexe, expérimental qu'il produisait en studio et qui pouvait parfois être tout aussi inaccessible que la popote contoctée vendredi soir. A la place pour compenser ce manque musical il s'amusera sur les écrans avec nos tronches en faisant du morphing en temps réel dessus. C'est plaisant 5 mn visuellement, c'est "intéressant" (oui l'indie poppeux de base trouve l'électro "intéressant" parce qu'il veut paraître cool et non intolérant) quand il alterne avec des clips graphiques agreementé par de jolis lasers, mais à force quand le style de composition reste le même on s'en écarte. Puisqu'il est un des symboles de cette grande efferverscence électro des 90's, je me suis dit qu'avec un ectasy dans le cerveau ça pourrait être cool de revivre cette ambiance free-party  mais manque de pot yavait que des dealers de weed au camping. Il ne reste qu'un spectacle son et lumière, peut-être a-t-il atteint ses limites. La playlist des Magnetic Friends est plus cool que ça ce sera au final la seule et vraie déception du week-end.

IMAG0185

hooo les jolis lasers, c'est un concert de Pink Floyd ? Ah en fait non....

 

Merci à Nicolas Brunet pour l'utilisation de ses photos (http://www.nicolasbrunet.fr)

Posté par Kaliayev à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 août 2011

La Route du rock, bien plus qu'une tête d'affiche [1]

 

 La cure thermale du Fort St Père, part 1 12.08.11

 

C'est quand même pratique d'avoir un jour ferié un lendemain de festival. C'est moins cool quand on se rend compte le dernier jour à minuit que mon pass me donnait accès au festival sans me faire fouiller et que je pouvais rentrer et sortir comme je voulais. J'ai manqué ma carrière de passeur d'alcool.

(ça aurait jamais marché de toute façon le temps d'arriver j'aurais déjà tout bu)


Ce week-end on a découvert un autre aspect de St Père Marc en Poulet. C'est aussi une cure thermale spécialisée dans les soins des tympans, en bains et autres masques de boue compris dans le prix du billet évidemment. Les garagistes ont également du se faire plaisir pour sauver les quelques voitures embourbées samedi soir : quand La Route du Rock  te retient prisonnier tu ne peux plus la quitter.

Je n'ai pas assisté aux 1èrs concerts, pour des causes tout à fait normales que sont les apéros. Le seul groupe que j'ai regretté de manquer étant Low (dans une moindre mesure puisque je les avaient déjà vus, but still).

Vendredi 12 08 11, grandes affiches, grands et très bons groupes programmés. Sur le papier cela s'annonçait comme la meilleure soirée et elle le fût.

Pour commencer Sebadoh, je ne suis absolument pas fan de leurs productions studios. Le concert était correct, il y a ce petit côté destroy pas déplaisant des comparses Lou Barlow mais dans l'ensemble j'ai eu du mal à accrocher. Apparemment c'est mythique, mais je ne suis toujours pas convaincu pour moi à la limite Dinosaur Jr. est plus "mythique" que ça (et encore, je les classent juste dans les bons groupes des années 90's). Un concert correct donc de la musique que je n'aime pas particulièrement, on prend la température progressivement.

IMAG0169

Le concert suivant était LE groupe que je voulais voir. Attendues également par mal de festivaliers (ndr raciste : ce qui attendaient simplement les Kills ne sont pas considérés comme festivaliers, La Route du rock c'est bien plus qu'une tête d'affiche) : le retour Electrelane.

Il y avait peut-être un peu moins de tension, un peu moins d'hypnotisme que je ne l'aurais cru, j'avais peut-être trop entendu parler de leur dernier concert ici en 2007 avant de se séparer. Mais la qualité était présente. Les demoiselles se sont fait plaisir, on regrettera un peu la batterie simpliste dans certains passages mais quelles guitares, quels rythmes ! On a eu droit à un best of de leur discographie alors que demander de mieux ? Le set fût plutôt axé rock, légèrement moins atmosphérique qu'en studio mais qui suffit quand même à envoyer nos oreilles au 7ème ciel. La nuit tombe progressivement la scène baigne dan une lumière enchanteresse les guitares sont incisives, dissonnantes par moments mais pas agressives, les rythmes n'en finissent plus, stoppent, repartent en trombe, on saute de joie on en veut encore. Pas déçu par les anglaises, bien au contraire. Elles aussi d'ailleurs cela fait plaisir de savoir la scène de la route du rock toujours autant plébiscitée.

IMAG0170

IMAG0171IMAG0173

Posté par Kaliayev à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mai 2011

La Route du Rock sponsorise les années 80 et 90.

Cela devient une habitude pour la route du rock d'annoncer la confirmation de groupes programmés les lundis et vendredi. La semaine dernière n'y a pas manqué...

A ma grande surprise Aphex Twin a donc été confirmé, l'artiste auquel je croyais le moins la venue mais j'esperais secrétement un miracle se produire. Le miracle eut lieu. On aura donc grand plaisir à acceuillir au fort de St Père le vendredi soir le fameux Richard James !

Confirmation également du groupe pop Cults, j'ai eu le temps cette fois d'écouter leur album. Pas beaucoup de prétention, c'est pop c'est simple ça ne va pas plus loin. Avec un grand soleil pour ce samedi 13 août en début de soirée et une bière dans la main pourquoi pas ? > Ecouter leur nouvel album sur deezer

cultsStill Corner et Low viennent renforcer cette programmation du samedi. Ce sera un grand plaisir de revoir le trio américain emmené par Alan Sparhawk...je me souviens encore d'un magnifique concert durant une édition hivernale, un des plus beaux que j'ai pu voir. En espérant que leur future prestation soit d'aussi bonne qualité et ne vienne pas briser l'émouvant souvenir que j'en ai. Concernant Still Corners c'est un peu une surprise, mais pas tant que cela après avoir écouté un de leur EP (si tenté qu'ils en aient plusieurs puisque je n'en ai trouvé qu'un) puisque musicalement le groupe se situe très bien dans le festival : dream pop, shoegaze sur les bords. Tout ce qu'aime le festival et son public si on se souvient des passages de Dean Wareham, My Bloody Valentine, Pains of Being Pure at Heart, Serena Maneesh ou encore les Breeders pour n'en citer que quelqu'uns : la route du rock sponsorise les années 80 et 90.

Okkervill River, Dirty Beaches, Josh T Pearson et Chelsea Wolfe ont été logiquement confirmés. On remarque maintenant que le festival s'étoffe pour passer de 6 à 7 groupes par journée on ne peut que se réjouir de cette initiative qui permettra à nos oreilles de faire le plein de décibels !

Par contre cela semble maintenant mal engagé pour la venue de Likke Ly qui a été annonçée par le festival Rock en Seine. Dommage ça aurait été bien intéressant de voir cette suédoise sur scène !

Posté par Kaliayev à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

13 mai 2011

Dirty Beaches et Josh T Pearson à la route du rock ?

Ceci est mon centième article, qu'est-ce que j'ai pu en écrire des conneries. Je n'ai pas l'habitude de fêter les anniversaires mais pour marquer ce petit coup j'ai réarrangé la bannière de titre, encore plus moche n'est-ce pas ?

Paplar le magazine des festivals, à l'occasion de la fermeture de la très bonne salle nantaise l'Olympic, vient d'annonçer de manière plutôt subtile d'autres noms (ou rumeurs comme c'est comme vous le sentez) :

Josh T Pearson, son nom résonnait déjà depuis pas mal de temps ce n'est donc plus une surprise si le grand barbu sera de retour au fort (ou au Palais ?) son nouvel album et la tournée qui a suivi -magnifiques- achèverons de convaincre les sceptiques.

Dirty Beaches, là c'est moi qui suit sceptique. S'ils sont programmés au fort je ne suis pas convaincu que le cadre s'y prête ; les chansons sont minimalistes voir ambient...un moment de grande solitude à prévoir donc. Mais au Palais du Grand Large pourquoi pas. > Myspace de Dirty Beaches

Paplar

Posté par Kaliayev à 00:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,